COMMENT UN COMPTE FACEBOOK A PU RÉUNIR PLUS DE 5000 POTES EN 3 ANS

Et si pour une fois l’histoire ce n’est pas moi qui vous la conte, mais Charles. Après tout il est le mieux placé pour le faire, car l’histoire c’est la sienne, elle est devenue la mienne et elle sera peut-être la vôtre …

 
« De France, mon pote, de France s’enracine dans une relation de confiance, de respect du savoir-faire et de transparence.
 Il était une fois une bande de potes que les années ont unie. Ils ont fait les 400 coups ensemble, le lycée, les soirées, les premiers boulots, les mariages… Ils ont trouvé leur QG, ils se sont réunis tous les vendredis, c’est leur rituel depuis toujours et comme toutes les bandes de potes, ils ont leur propre langage, “De France, mon pote, de France” est né !
Et ensuite leur histoire est devenue la vôtre, mon pote, cette page Facebook a été créée pour toi le 6 juin 2016. On y a posté ensemble des photos d’époque de notre beau pays en noir et blanc, et puis tous les potes ont contribué, tu nous as envoyé toi aussi tes trouvailles, tes inspirations et on a ouvert le compte Instagram pour les mettre en valeur.
Et puis un jour, toi et d’autres potes ont envoyé des dizaines de messages pour porter fièrement les couleurs “De France, mon pote, de France” sur des vêtements Made in France.
Alors voilà mon pote on y est, c’est chose faite. Mets ton sweat et deviens l’égérie de la marque de tous les potes De France ».
 

PORTFOLIO

 
Charles a toujours eu une âme d’entrepreneur. Il y a 10 ans déjà, il a essayé de se lancer dans le prêt à porter.
Il s’était vite aperçu qu’il n’arrivait pas à fabriquer ses produits entièrement en France. Une partie de sa chaîne de fabrication passait par la Bretagne certes, mais aussi par le Portugal et la Belgique. Ses produits étaient donc plus « Fabriqué en Europe » que « Fabriqué en France ». 
 
Charles : « Pour des jeunes entrepreneurs comme moi, se pose toujours ce problème des coûts de la fabrication qui sont très élevés sur le sol national. En l’absence d’une trésorerie conséquente il est difficile de tenir dans le temps.
Lorsque je m’étais lancé dans l’aventure de entrepreneuriat il y a 10 ans j’étais associé avec deux personnes. Le seul moyen à l’époque d’avoir de la trésorerie était de m’arranger avec l’un de mes fabricants à qui je ramenais de la clientèle et qui en échange me proposait des prix attractifs. Je travaillais beaucoup pour développer le projet, mais seul, malgré le fait que nous étions trois. J’ai donc arrêté avec une certaine frustration de pas avoir été jusqu’au bout de ce que je voulais faire. Produire en France, en transmettant mes valeurs à travers une démarche, une histoire, un produit. Les plateformes de financements participatifs n’existaient pas à l’époque, je n’ai donc pas pu en bénéficier ».
 
Aujourd’hui Charles touche à plusieurs domaines en parallèle. Il a déposé la marque « De France. Mon Pote. De France » et cherche à développer les ventes de son chandail pour homme décliné en deux coloris et disponible dans la boutique en ligne :
 

https://defrancemonpotedefrance.fr/

 

 

LA MARQUE

 
Le lancement officiel de la marque a eu lieu le 04/11/2019. « De France. Mon Pote. De France » est aussi jeune que « Frazone » 😉.
 
Si le nom de la marque vous paraît intriguant, Charles nous explique tout depuis le début 😊.
 
Tout est parti d’une expression utilisée entre amis « De France. Mon pote. De France ». Cette expression a donné naissance à une page Facebook en 2016 avec le même nom. Le but premier était de revenir sur l’histoire de la France, raconter des anecdotes françaises et mettre en avant le savoir-faire français. Le tout en publiant simplement des photos en noir et blanc qui s’y rattachent.
Chaque personne qui rejoignait la communauté ressentait ou voyait en ces images sa propre histoire et ses propres valeurs rattachées à l’histoire de la France. 
Au fil du temps la page FB a rassemblé plus de 5000 abonnés. Certains abonnés contactaient Charles par messages privés pour le féliciter d’avoir eu l’idée de créer cette page d’une part et en lui demandant d’aller plus loin dans sa démarche en faisant des vêtements, des affiches ou encore des autocollants en lien avec le sujet. 
La frustration que Charles avait eue il y a dix ans, celle de ne pas pouvoir pu lancer sa marque de vêtements « Fabriqué en France » à part entière, l’a poussé à réfléchir sur le lancement de la maquette d’un chandail pour la soumettre à la communauté FB et ainsi avoir leurs retours. 
Les retours étant positifs, Charles avait décidé de lancer une production de 200 sweat-shirts dans un premier temps. C’est après avoir eu une discussion avec son entourage qu’il a revu ce chiffre à la baisse en commandant que 100 unités (pour limiter la prise de risques). 
 
 

LE CHANDAIL

 
Un brin d’histoire : Le chand d’ail.
Le chandail était un tricot chaud et imperméable à maille très serrée que portaient les marchands d’ail aux Halles de Paris à la fin du XIXe siècle et venus de Bretagne et du sud de la France.
Celui de Charles est :
  • Un modèle décliné en deux coloris gris eu bleu 
  • 100% coton 
  • Fabriqué en France 
  • Broderie en point de bouclette 

 

 

PRESTATAIRES DE LA CHAÎNE DE PRODUCTION

 
MODA STYLE – Tissage et traitement à Roanne – http://www.modastyle.fr/fr/
ITHAC – Confection à Riorges – https://www.ithac.fr/fr/
BRODEMAU – Broderie à Pouilly sous Charlieu
 
Charles a été ravi de découvrir que l’« ITHAC » a récemment créé une branche dans le textile. Il a été séduit à la fois par les valeurs de cette entreprise qui emploi des personnes en situation d’handicap, mais aussi par le circuit court dans la chaîne de production. 
En effet il a été possible de réaliser la broderie de ses chandails en point de bouclette dans une entreprise située à 15 kilomètres de l’« ITHAC ».
Par ailleurs, à l’inverse de certaines entreprises Charles ne souhaite pas spécialement mettre en avant le fait qu’il fait appel à une entreprise qui emploi des personnes en situation d’handicap. Néanmoins la démarche en elle-même lui permet d’être complètement en phase avec ses valeurs. 
Ces différents prestataires sont labellisés:

 

Origine France Garantie
 http://www.originefrancegarantie.fr/
France Terre Textile
https://www.franceterretextile.fr/
 
 
 

CANAUX DE DISTRIBUTION

 
Quand on débute il faut faire des choix et limiter les coûts, c’est pour cette raison que Charles procède par étapes. Ces canaux de distribution à aujourd’hui sont : 
 
  • Réseaux sociaux 
  • Site web 
  • Entourage : son premier cercle de soutien, depuis toujours. 
 

CLIENTÈLE

 
La cible de clientèle de « De France. Mon Pote. De France » est celle qui a une appétence pour le « Fabriqué en France ».
Il lui arrive d’avoir des clients à l’étranger, aux États Unis par exemple pour les français expatriés. 
 

ASSORTIMENT FUTUR

 
Charles : « Je cherche des idées de produits qui sortent de l’existant (j’ai des idées que je compte mettre au grand jour le moment venu). J’aimerais effectivement passer à la vitesse supérieure en développant de nouvelles lignes de modèles de vêtements (t-shirts par exemple) ou encore de sous-vêtements. J’aimerais aussi proposer un modèle d’hamac ». 
 
En ce qui concerne les chandails, Charles a écoulé la moitié de son stock. A l’approche des fêtes de fin d’année le stock restant n’aura pas de difficultés à se vendre. Ainsi Charles pourra envisager la suite de ‘évolution de sa marque.
Il est vrai que l’équation à résoudre n’est pas des plus simples. Pour relancer la machine (en termes de réapprovisionnement) le délai de fabrication est de 2 mois à peu près et les coûts de fabrication nécessitent une trésorerie disponible immédiatement. 
 
Si nous reprenons l’exemple de l’« ITHAC » l’établissement croule sous les commandes car à aujourd’hui en France il existe un réel déséquilibre entre l’offre et la demande dans le domaine de la confection.
 

POLITIQUE DE « DE FRANCE. MON POTE. DE FRANCE »

 
Charles : « Nous souhaitons créer une histoire avec les consommateurs autour du chandail. Nous les invitons à participer aux séances photo pour mettre en scène le produit ! Je pensais au début que les gens n’allaient pas se prêter au jeu. Les personnes me contactent de partout en France. Il est vrai que pour moi il est plus facile de faire participer à une séances photo, quelqu’un qui se trouve en Île de France (plus proche de moi géographiquement), simplement pour une question de coût. Une personne qui m’a récemment contacté de Lyon aurait été la bienvenue, mais le montant des différents défraiements ne me permet pas de donner suite à ce type de partenariat pour le moment.
Nous souhaitons que les ambassadeurs de la marque soient les clients de la marque !

 

 

Nous ne souhaitons pas avoir d’égérie quelconque.
On invite nos clients à nous faire parvenir les photos d’eux portant le chandail ».
 
« De France. Mon Pote. De France » a récemment rejoint la FIMIF (Fédération Indépendante du Made in France).

 

https://www.fimif.fr/

 
Lancée en juillet 2015, la FIMIF est une fédération de consommateurs engagée dans la promotion et le développement du Made in France. Elle travaille au quotidien auprès de milliers de consommateurs et d’un grand nombre de distributeurs, d’entreprises privées et d’organismes publics.
 

POLITIQUE DE PRIX

 

Charles souhaite garder une transparence totale avec ses clients concernant la marge qu’il dégage en vendant chacun de ses sweats. Cette démarche est destinée à la meilleure compréhension des consommateurs que nous sommes quant aux différents frais de fabrication et de distribution de produits « Fabriqué en France ».
Il explique à cet effet sur son site internet :

 

  • que sa marge s’élève à la somme de 35,67€ pour un chandail vendu 95€.

 

  • que la différence entre les deux montants est absorbée par :
Les coûts de fabrication : création, emballages, coûts de fabrication et des matières premières ;
Les frais liés à la vente : logistique, mise en ligne, séances photo ;
La TVA :taxe sur la valeur ajoutée.
 
  • que la marge dégagée lui sert à payer :
les charges de l’entreprise: charges sociales, impôts, taxes, assurance, loyer,…;
les charges de personnel: comptable, webmaster, graphiste, développeur, salaires, indemnités, frais de déplacement,…;
les frais “techniques”: site web, téléphone, internet,…;
la publicité: référencement, réseaux sociaux, partenariats avec les bloggeurs, relations presse.

 

https://defrancemonpotedefrance.fr/un-prix-transparent/

 
Pour terminer le reportage sur « De France. Mon Pote. De France », je cite Charles quant aux principaux freins pour développer son activité et promouvoir le « Fabriqué en France ».
 
Charles : « Je trouve dommage le fait que les jeunes entrepreneurs qui souhaitent se lancer dans le « Fabriqué en France » ne disposent pas d’un référentiel autre que celui de « France Terre Textile » pour connaitre exactement quelles sont les bonnes personnes à contacter dans chaque domaine de la confection du textile ».  
 
Si vous souhaitez soutenir ce jeune entrepreneur vous pouvez acheter son chandail dans sa boutique en ligne:

 

https://defrancemonpotedefrance.fr/

 

Ainsi que de le suivre sur les réseaux sociaux :

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *